Risques – Nouvelle-Aquitaine : Le Plan de Prévention des Risques Littoraux de Mimizan (Landes) est approuvé

Risques naturels

04/09/2018

Un Plan de Prévention des Risques est un outil élaboré par les services de l’Etat, selon l’article L.562-1 du code de l’environnement.

Le Plan de Prévention des Risques Littoraux (PPRL) de Mimizan, élaboré par la direction départementale des territoires et de la mer des Landes (DDTM), a été approuvé par arrêté préfectoral le 1er décembre 2017. Il est le premier PPRL approuvé dans les Landes.

 

Plan de zonage réglementaire du PPRL de Mimizan

 

Le Plan de Prévention des Risques Littoraux (PPRL) de Mimizan, élaboré par la direction départementale des territoires et de la mer des Landes (DDTM), a été approuvé par arrêté préfectoral le 1er décembre 2017. Il est le premier PPRL approuvé dans les Landes.

 

La prescription du PPRL :

La commune de Mimizan, en particulier le secteur de Mimizan-plage, urbanisé autour du débouché du courant (fleuve côtier) qui relie le lac d’Aureilhan à l’océan, est concernée par les risques de recul du trait de côte, de submersion marine, de choc de vagues et d’instabilité des berges du courant.

Les conséquences de ces aléas peuvent être significatives : perte de vies humaines, dégradation voire destruction d’habitations, dégradation de biens, dégradation ou destruction d’infrastructures… En conséquence, pour assurer une prise en compte du risque optimale, le préfet a prescrit l’élaboration d’un PPRL à Mimizan le 28 décembre 2010, avec pour objectifs principaux :

  • Assurer la sécurité des personnes ;
  • Limiter les dommages aux biens et aux activités ;
  • Maintenir, voire restaurer, le libre écoulement des eaux ;
  • Limiter les effets induits des inondations par submersion marine.

 

La démarche d’élaboration du PPRL :

L’élaboration du PPRL de Mimizan par la DDTM, a été menée selon le guide méthodologique national. Ainsi, la DDTM a assuré la maîtrise d’ouvrage de l’étude de caractérisation des aléas qui a conduit à la définition de zones submersibles, de zones soumises à l’érosion côtière et de bandes de sécurité et de précaution pour les aléas choc de vagues et érosion de berges. Le service en charge des risques à la DDTM a en parallèle procédé à l’analyse des enjeux puis à leur croisement avec les aléas.

 

La DDTM a ainsi pu élaborer le plan de zonage réglementaire et rédiger le règlement, selon les grands principes suivants :

  • sur les zones soumises aux aléas les plus forts, interdire toute construction nouvelle et saisir toutes les opportunités pour réduire la population exposée ;
  • dans les zones ou les aléas sont moins importants, prendre des dispositions pour réduire la vulnérabilité des constructions qui pourraient être autorisées ;
  • prendre des mesures adaptées pour les constructions existantes ;
  • contrôler strictement l’extension de l’urbanisation dans les zones d’expansion de crues, c’est-à-dire dans les secteurs non urbanisés ou peu aménagés.

Tout au long de la démarche d’élaboration du PPRL, la DDTM a organisé la concertation avec les collectivités concernées au travers de réunions de présentation de chaque étape et auprès du public, notamment via une réunion publique qui a réuni une centaine de personnes.

Le projet de PPRL a également fait l’objet des consultations obligatoires : consultation des collectivités et services et enquête publique. Il a par ailleurs été soumis à examen au cas par cas par l’autorité environnementale qui a conclu quel le dossier n’était pas soumis à évaluation environnementale.

 

Approbation du PPRL :

Après prise en compte des retours des consultations, le PPRL de Mimizan a été approuvé le 1er décembre 2017.

L’ensemble des pièces du PPRL – note de présentation, plan de zonage réglementaire et règlement – est consultable sur le site des services de l’Etat dans les Landes, à l’adresse suivante : http://www.landes.gouv.fr/les-plans-de-prevention-des-risques-littoraux-pprl-r191.html.

 

Information complémentaire :

Les périmètres des PPR de Nouvelle-Aquitaine sont visualisables sur l’outil « Cartographie réglementaire » de l’Observatoire :