Feux de forêt

On parle d’incendie de forêt lorsque le feu concerne une surface minimale de 0,5 hectare d’un seul tenant, et qu’une partie au moins des étages arbustifs et/ou arborés (parties hautes) est détruite.

 

Avec 16 millions d’hectares, soit 30% de la superficie du territoire, la France, plus particulièrement les régions méditerranéenne (plusieurs millions d’hectares de maquis) et Aquitaine (forêts de pins exploités par la filière sylvicole),  est chaque année soumise à des incendies de forêt.

Sur l’ensemble du territoire Français, près de 6000 communes sont classées à « risques » pour l’aléa feux de forêts.

Chaque année, on dénombre près de 6 000 départs de feux brûlant près de 24 000 hectares de forêt.

Le Massif des Landes de Gascogne qui se situe sur 3 départements (40, 33 et 64)  constitue le plus vaste ensemble forestier exploité en Europe. Composé en majorité de pins maritimes (pinus pinaster), une espèce particulièrement inflammable, il est particulièrement vulnérable au risque d’incendie. Au printemps, la végétation de l’année précédente constitué de bruyère, ajonc, graminées est sèche ce qui la rend très inflammable et les sols sont détrempés, rendant difficile l’accès aux engins de lutte et favorise la propagation des incendies. L’été, la sécheresse et l’augmentation de l’activité touristique accroissent les risques de départs de feux.

Le département des Pyrénées-Atlantiques est moins touché que les autres départements situés dans le massif des Landes de Gascogne néanmoins le risque incendie de forêt existe en particulier avec la pratique de l’écobuage (débroussaillement par le feu) qui sont parfois mal maîtrisés et peuvent entraîner des feux importants.

 

 

Il existe plusieurs types de feu. Ils diffèrent selon le type de végétation et de conditions climatiques :

  • Les feux de sol brûlent la matière organique qui se trouve dans la litière, l’humus ou les tourbières. Malgré leur faible vitesse de propagation, ils sont très destructeurs puisqu’ils détruisent les systèmes souterrains de la végétation. De plus, du fait qu’ils se propagent dans les sols, ces feux sont difficiles à éteindre complètement.
  • Les feux de surface brûlent les couches basses de la végétation. Leur vitesse de propagation peut-être plus rapide de par la présence ou non de vent et de relief.
  • Les feux de cime brûlent les couches supérieures de la végétation et sont très difficiles à contrôler. Leur vitesse de propagation est très rapide.

Pour qu’un feu puisse prendre, il faut réunir 3 conditions :

  • Le combustible qui est la végétation ;
  • La source extérieure de chaleur telle une flamme, la foudre,…
  • L’oxygène qui « nourrit » le feu

 

Les causes des feux de forêts :

Les départs de feux sont classés en quatre catégories :

  • Les causes inconnues
  • Les causes naturelles essentiellement dues à la foudre et ne représente que 4 à 7% des départs de feux
  • Les causes humaines accidentelles
  • Les causes humaines volontaires

Les causes d’origine humaine représentent près de 90% des départs de feux.

 

La prévention  des incendies de forêts:

En termes de prévention les services de l’État disposent d’outils permettant de prendre en compte le risque incendie de forêt dans les documents d’aménagements (TIM, PAC, PLU, PPRIF). Les plans de prévention des risques d’incendie de forêt (PPRIF) font partie de ces outils, en effet ils permettent de définir des zones en fonction du risque et de réglementer dans ces zones les conditions d’aménagements. Par ailleurs ils peuvent définir des mesures de prévention et de protection pour les constructions existantes et limitent les nouvelles constructions.

Pour la région Nouvelle Aquitaine, les plans de préventions des risques incendies de forêt sont mises en oeuvre :

  • sur le département de la Gironde : 12 PPRIF prescrits, 13 approuvés dont 5 font l’objet de demande de révision par les collectivités,
  • sur le département de la Charente-Maritime : 18 PPRIF prescrits, en cours de révision ou d’élaboration.

Une stratégie régionale pour la prise en compte du risque « incendie de forêt » dans les documents de prévention et d’aménagement du territoire est en cours de finalisation.

 

Pour limiter les départs de feux 4 principes sont importants :

  • Prévoir le risque et traiter les causes : cette prévision se base en partie sur les données météorologiques (vent, température, humidité, ensoleillement, état de sécheresse, topographie) de Météo-France. Avec ces données, des cartes donnant l’IFM (Incendie Forêt Météo) sont réalisées.
  • Surveiller les forêts pour détecter les départs de feux et intervenir rapidement : La surveillance comprend le guet terrestre fixe, à partir de tours de guet, ou mobile en patrouilles, complétées par les dispositifs aériens de prévention. La surveillance permet de détecter au plus tôt les feux naissants et ainsi de les circonscrire rapidement.
  • Équiper, aménager et entretenir l’espace rural dont l’espace forestier : L’aménagement de l’espace forestier permet de prévenir les feux ou de diminuer les temps d’intervention, grâce :
    • à l’entretien des massifs boisés ;
    • au débroussaillement ;
    • à la création d’allées pare-feu permettant de limiter les départs de feux et réduire les zones exposées.
    • à la limitation les nouvelles constructions par le biais de réglementations
  • Informer le public et former les professionnels : il est nécessaire d’informer et de sensibiliser le public dans la mesure où près de 90% des départs d’incendie sont d’origine humaine.

(Extrait « Etudes & documents : le risques de feux de forêts en France, n°45 Août 2011 » )

 

Le PPFCI(Le plan régional de protection des forêts contre l’incendie d’Aquitaine)

Les grandes orientations du PPFCI

  • Définir la cohérence des actions de PFCI
  • Orienter la stratégie et les actions en matière de prévention, prévision et lutte pour les 7 années à venir

Les objectifs (art. L.133-2 du Code Forestier)

  • Diminution du nombre d’éclosions de feux de forêt et des superficies brûlées
  • Prévention des conséquences de ces incendies sur les personnes, les biens, les activités économiques et sociales et les milieux naturels

Porté par la DRAAF (Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt) il sera révisé en 2017.

 

Les bons réflexes : Agir avant, pendant, après :
Avant :
  • Repérer les chemins d’évacuation, les abris
  • Prévoir les moyens de lutte (points d’eau, matériels)
  • Débroussailler
  • Vérifier l’état des fermetures, portes et volets, la toiture
Pendant :
  • Informer les pompiers le plus vite et le plus précisément possible
  • Attaquer le feu, si possible
  • Dans la nature, s’éloigner dos au vent
  • Si on est surpris par le front de feu, respirer à travers un linge humide
  • A pied rechercher un écran (rocher, mur,…)
  • Ne pas sortir de votre voiture
Après :
  • Une maison bien protégée est le meilleur abri
  • Fermer et arroser les volets, portes et fenêtres
  • Occulter les aérations avec des linges humides
  • Rentrer les tuyaux d’arrosages
  • Éteindre les foyers résiduels
Quel risque feux de forêt dans la région Nouvelle-Aquitaine ?

DREAL : répartition des Plans de Prévention des Risques Incendie de Forêts de la région ALPC, répartition des massifs forestiers sur la région ALPC, guides pour la prise en compte du risque incendie de forêt dans le massif forestier des Landes de Gascogne

L’observatoire cartographique permet de visualiser la surface moyenne annuelle forestière incendiée sur la période 2006-2014.